Poème du Chinois Wang Wei (701-761) :

Depuis le milieu de ma vie
Je me consacrais entièrement au Tao.
Naguère, je suis venu vivre dans la montagne de Chung-nan.
Souvent, la joie au coeur, je vagabonde çà et là.
C'est une chose merveilleuse
Que d'avoir conscience de soi-même.
Lorsque le torrent interrompt ma promenade
Je m'arrête et regarde le brouillard se lever.
Je rencontre parfois un habitant velu des bois.
Nous bavardons et nous rions ensemble
Sans avoir envie de rentrer à la maison.

(cité par Chung-Yuan, "Le monde du Tao", Stock 1971, traduit de "Creativity and Taoism", Julian Press, New York, 1963).

haut

retour