5 janvier 2003

Intelligence animale,
expérimentateurs bornés

 

Quelles sont les limites des capacités "intellectuelles" des animaux ?

Voici trois cas (rapportés par Konrad Lorenz pour le premier, Gregory Bateson pour les deux autres) qui suggèrent fortement que ceux qui testent et expérimentent, à vouloir respecter des "protocoles" trop rigoureux, passent à côté de l'essentiel...

Retour Intelligence animale
Voir aussi : Hans, le cheval qui "savait lire"
Retour menu général
 

 

 

 

Premier cas : on connaît les théories de Pavlov sur le "réflexe conditionné", fondées sur ses expérimentations sur des chiens. Dans un premier temps, un chien entendait une sonnerie à chaque fois qu'on lui donnait à manger. Puis il n'y avait plus que la sonnerie, mais le chien salivait quand même (on le voyait d'autant mieux qu'un coup de bistouri avait détourné vers l'extérieur une partie des glandes salivaires). Réflexe conditionné, CQFD.
Un de ces chiens avait été conditionné à saliver quand un métronome se déclenchait (variante de l'expérience-type). Un jour, un étudiant américain en stage chez Pavlov eut l'idée étrange de détacher l'animal (car ces chiens étaient toujours attachés), alors que le métronome était au repos. La pauvre bête se jeta sur le maudit engin et se mit à l'agiter frénétiquement de la truffe. Mais quand Pavlov l'apprit, il se fâcha tout rouge et interdit à l'étudiant de le révéler (rapporté par Konrad Lorenz dans sa Radioscopie avec Jacques Chancel).

Deuxième cas : une expérience très classique consiste à envoyer systématiquement un rat chercer sa nourriture dans un labyrinthe, toujours à la même place, et à voir au bout de combien de repas il y va directement, sans s'engager dans aucune impasse. Un chercheur eut l'idée de remplacer le rat par un furet. Pourquoi un furet ? Parce que cet animal, dans la nature, va couramment chasser dans ces labyrinthes naturels que sont les terriers des rongeurs. Donc premier essai, l'animal est lâché dans le labyrinthe, visite méthodiquement tous les couloirs, finit par trouver le morceau de viande et l'engloutit. Deuxième essai, au début il semble n'avoir rien appris puisqu'il explore encore toutes les impasses. Pire, il évite précisément et uniquement celle où il a déjà trouvé, et où l'attend encore, son déjeuner. Il avait donc fort bien retenu, mais dans sa tête il fallait précisément éviter celle qui lui avait réussi une fois. Instinct ou expérience individuelle antérieure ? Ce serait passionnant à étudier, mais on ne le saura pas, l'expérimentateur a considéré l'expérience comme ratée, et en est resté là (rapporté par Gregory Bateson, et reproduit par Mary Catherine Bateson, Regard sur mes parents, Seuil, 1989).

Troisième cas : une expérimentatrice peu imaginative faisait faire à un dauphin toujours le même sempiternel saut dans un cerceau. Un dauphin, c'est comme un humain, faire toujours le même exercice est pour lui ennuyeux. Pour bien marquer sa façon de penser, ce dauphin-là préférait envoyer valser le maudit engin. L'expérimentatrice, contrariée, remarqua quand même que ce faisant, il poussait un cri de contentement. Gregory Bateson, qui assistait personnellement à la scène, lui demanda si elle le notait. Non. L'apprentissage était raté, point (même source).