3 novembre 2001 

Le grand problème de l'Islam  


Une réflexion sur l'histoire et l'actualité.

Retour à l'accueil général

 

 

Quel est le grand problème de l'Islam ?

Il y a aujourd'hui des Musulmans qui croient devoir et pouvoir déclarer la guerre au nom de l'ensemble des Musulmans. D'autres Musulmans croient de même devoir et pouvoir déclarer la paix au nom de l'ensemble des Musulmans.

Les seconds sont évidement plus sympathiques et moins dangereux, et il serait déraisonnable de ne pas leur accorder ce qu'ils demandent (comme aux premiers du reste...) mais ils sont tout aussi illégitimes dans leurs prétentions. Et pour être plus précis, aussi anachroniques.

Il y a dans le Coran des paroles de paix, qui ont été prononcées dans un contexte de paix, et des paroles de guerres qui ont été prononcées dans un contexte de guerre, le tout très mélangé. Cela remonte à une époque où les Musulmans faisaient bloc derrière leur Prophète.

Mais cette unité de l'Islam, mise à mal à partir de 656, a été définitivement et tragiquement brisée en 680, comme je l'ai raconté ailleurs. Dès lors il n'y a aucun consensus autour d'aucune autorité susceptible de donner le ton, guerre ou paix, à l'ensemble des Musulmans.

Depuis cette unité n'a pu se faire que localement, pour des objectifs précis, lutter contre les Croisades par exemples. Et dans ce dernier cas, il a fallu une quarantaine d'années. L'artisan en a été, à partir de 1128, le Turc Zengi. Comment ? En atteignant des sommets de cruauté et de fourberie. Les Musulmans de Baalbeck, entre autres, refusaient son autorité et préféraient s'allier aux Croisés. En 1139, il mit le siège devant la ville. Quelque temps plus tard, les assiégés proposèrent de se rendre en échange de la vie sauve et des honneurs de la guerre. Il accepta, s'engageant par les serments les plus sacrés sur le Coran à respecter l'accord.

Cela ne l'empêcha pas de faire écorcher vif le chef de la garnison, et crucifier tous ses hommes. Il se montra ensuite moins inhumain en combattant les croisés et en leur infligeant leurs premiers revers sérieux. Il fut assassiné en 1146 (voir René Grousset, "Histoire des Croisades", Perrin, 1999).

Il y a de sérieuses analogies avec la situation actuelle. Qui sera Zengi, cette fois ?

haut

retour accueil général

 

 

 

</script>