DISSIMULATION ?

 

Cet article a été publié dans Hominologie et Cryptozoologie d'avril 2000. J'ai trouvé depuis bien d'autres récits suggérant la même chose. En particulier, de nombreux témoins ont indépendemment les uns des autres assuré avoir vu des cadavres de bigfoots brûlés par les pouvoirs publics dans des charniers au milieu de ceux d'ours, wapitis, etc. à la suite de l'éruption dévastatrice du Mt St Helens en mai 1980 (600 km2 de forêts détruits).
 

 

Les histoires qui suivent sont étranges. Je me garderai bien d'en tirer quelque certitude que ce soit, d'autant que ceux qui les ont transmises n'en exprimaient pas davantage.

Dans tous les cas, tout se passe comme si certaines autorités américaines connaissaient l'existence des bigfeet, et faisaient tout pour l'occulter... tout en ne pouvant arrêter certaines fuites.

Pour ne rien simplifier, dans deux des quatre cas, ceux qui font plus précisément état de confidences d'officiers, il était aussi question de l'occultation du phénomène OVNI.

Nouveau Mexique

Une commmunication de Bobbie Short (chercheuse californienne qui gère le site le plus riche, et de loin, sur le phénomène Bigfoot), que je remercie : "J'ai récemment entendu dire qu'un homme du Nouveau Mexique avait trouvé plusieurs squelettes de 8 à 10 pieds (2,4 à 3 mètres) près de la réserve des Apaches Mescaleros, aux environs de la ville de Ruidoso. Il cherchait des aides pour mener des fouilles plus approfondies, mais on lui signifia que dès que le gouvernement [de l'état ? fédéral ?] en aurait vent, il confisquerait tout."

 

Edwards Air Force Base

On ne présente pas la base d'Edwards, dans le sud de la Californie, la plus importante du monde, où atterrissent parfois les navettes spaciales et le Président des Etats-Unis. Les abords de cette base sont surveillés vingt-quatre heures sur vingt-quatre par des caméras, et ces caméras, à vision nocturne, ne sont pas précisément de la camelote, on s'en doute. Or, il paraît qu'elles ont souvent saisi des bigfeet en vadrouille, dont certains se seraient même aventurés dans des souterrains de la base. Et ce serait top secret.

L'information est due à Douglas E. Trapp ("Sasquatch and the Edward's Air Force Base Surveillance" http://ourworld.compuserve.com/homepages/dtrapp/cryptozo.htm).

Trapp a pu interviewer en 1977 plusieurs officiers, et recueillir de multiples témoignages. Mais seulement contre la promesse de ne révéler ni le nom ni la fonction de ses informateurs. Ces derniers le prévenaient qu'ils nieraient tout en bloc si leurs noms étaient cités. Motif de ce blackout : "Il (un major) dit que si le bruit se répandait que ces créatures se promènent souvent autour de la base, le public voudrait en faire autant".

 Ohio conspiracy

Ma source est Daniel Murphy. Dans les années 1990 un groupe de bigfooters de l'Ohio (Joedy Cook, George Clappison...) put découvrir plusieurs structures qu'ils ont assimilées à des lits ou nids de bigfeet (grassmen, comme on les appelle localement), faits de branches entassées formant une sorte de tunnel de quelques mètres de longueur. Ils diffusèrent l'information autant qu'ils le purent, ce qui leur valut un appel téléphonique d'un certain colonel, qui réclamait l'anonymat. Selon cet officier, l'armée US connaissait bien ces objets, et les avait nommés "birthing structures" pour y avoir trouvé une fois un placenta. Il ajoutait que l'armée avait aussi trouvé des squelettes de bigfeet lors d'importants travaux de constructions d'abris souterrains à l'époque de la guerre froide. Mais ces travaux étant top secret, on avait décidé d'occulter la chose. Et ordre était toujours donné de détruire les "birthing structures" à chaque fois qu'on en trouvait.

 

Massachusets ou New Hampshire

Information donnée par John Horrigan, sans autre précision, sur une liste de témoignages dans le New Hampshire.
(http://members.tripod.com/ ~johnhorrigan/GSBS.htm) :

 

Année inconnue. David Smith roulait vers le nord depuis Ashburnham, Massachusets, sur la route 12. Il vit ce qu'il suppose être un cadavre de sasquatch (pas de confusion possible avec un ours ou un autre animal connu). Dans son rétroviseur, il put voir un mare de sang et des os blanc visibles à travers les blessures de la créature. Elle avait apparemment été percutée par un camion à grande vitesse. Mais il y avait aussi deux voiture de police, une de la police de l'état, une de la police locale, gyrophares allumés, garées perpendiculairement l'une à l'autre, bloquant partiellement une voie de circulation. "Quoi que ce fût, précise David Smith, les policiers s'efforçaient de ne pas laisser les automobilistes de passage d'y jeter un oeil. La disposition de leurs véhicules était délibérée. Ils semblaient attendre que quelqu'un vienne prendre la carcase..."

Jean Roche

haut
retour