LES MYSTERES DE KOW SWAMP

(une histoire d'obstétrique?)


 

Cet article a été publié dans Cryptos de juin 2000. A propos des déformations rituelles de crânes, j'aurais pu ajouter que cela se pratiquait aussi chez les Huns, pour les enfants de chefs, et qu'Attila avait aussi un crâne "en pain de sucre".
 

 

Comment un casse-tête et une pomme de discorde pour paléontologues peut apporter de nouvelles lumières sur les hominidés reliques.

 

Kow Swamp

"Les pithécanthropiens découverts récemment à Kow Swamp en Australie, et qui remontent à 9000 ou 10000 ans à peine, ont peut-être dû ce prolongement d'existence au fait d'avoir atteint le contient austral bien avant l'arrivée des premiers sapiens et n'y avoir été rejoints que tardivement par leurs implacables rivaux..." (Bernard Heuvelmans, "L'Homme de Néanderthal est toujours vivant" (avec B. P. Porchnev), p 452). Le "peut-être" souligné par moi était prudent, car tout porte maintenant à croire que les hommes du type Kow Swamp ont en fait atteint l'Australie bien après les sapiens. En effet, on a retrouvé des restes comparables dans de nombreux endroits d'Australie (Cohuna, Coobool, Cossack, Nacurrie, Talgai, Willandra, etc.), mais ils semblent ne jamais remonter à plus de 25.000-30.000 ans, alors que les plus anciens restes humains connus sur ce continent, des sapiens indiscutables, datent d'au moins 60.000 ans.

Les hommes de Kow Swamp étaient bien des hommes. Ils avaient été inhhumés, et semblaient disposer d'un équipement comparable à celui utilisé traditionnellement par les Aborigènes actuels. Ces derniers ne s'y sont d'ailleurs pas trompés. Une délégation de la tribu locale s'est rendue chez le paysan qui avait trouvé les restes dans son champ, et lui a signifié en substance : "Vous allez les remettre à leur place, comme ils étaient, sinon on pourrait se fâcher..." (communication personnelle de Dean Harrisson, chercheur de yowies).

 
Un crâne du type Kow Swamp, trouvé à Talgai

Erectus ?

Pourtant, les hommes de Kow Swamp présentent un étonnant mélange, à des degrés variables au sein de la même population, de traits sapiens et erectus. Parmi ces derniers, une paroi du crâne très épaisse, un front fuyant, une constriction post-orbitale marquée, une "crête sagittale", de fortes arcades sourcilières, des mâchoires proéminentes avec de très grosses dents, les os des membres plus robustes. Certains ne différent guère des Homo erectus les plus anciens que par un crâne plus spacieux à l'arrière et quelques détails "modernes" de la mandibule et de l'occiput. Et ils sont très proches des derniers Homo erectus "officiellement" connus, en particulier ceux de la Solo (Java). Ces derniers, datés classiquement d'environ 200.000 ans, ont été rajeunis récemment à une fourchette de 28.000-53.000 ans, et seraient donc contemporains des premiers sapiens locaux ! Toutefois, la population de la Solo était plus homogène.

Et les yowies ?

On sait que l'équivalent australien du Bigfoot ou du Yéti se nomme Yowie. Y a-t-il parenté ? Aucune certitude n'est permise en l'état actuel de nos connaissance, mais enfin les scénarii suivants semblent au moins possibles.

1) Vers -30.000, une vague d'émigration sapiens aurait amené avec elle, comme associés, bétail ou parasites, un nombre conséquent d'H erectus. Ces derniers se seraient divisés en deux groupes. Le premier qui aurait accompagné les sapiens (ceux qui les avaient amenés avec eux ou ceux arrivés les premiers) et leurs traits caractéristiques se seraient dilués et peu à peu estompés jusqu'à nos jours. Le deuxième groupe d'erectus, fuyant les armes supérieures des sapiens, se serait réfugié dans les zones les plus inaccessibles à leurs rivaux, mettant à profit leurs atouts à eux, une plus grande robustesse, mais renonçant ce faisant à toute ébauche de civilisation (y compris l'inhumation des morts, rendant problématique la découverte de leurs os).

2) L'hybridation aurait pu aussi se produire avant l'émigration en Australie.

3) Il n'est pas impossible non plus que des erectus aient gagné l'Australie par leurs seuls moyens. Il a été prouvé récemment que des H erectus d'il y a 800.000 ans ont forcément navigué pour gagner l'île de Florès .

Déformation ?

Autre problème soulevé par les restes de Kow Swamp, certains crânes, pas tous, semblent avoir été déformés du vivant de leurs possesseurs, et probablement peu après leur naissance, quand les os ne sont pas encore solidifiés et que cette opération est encore possible sans gros dégâts.

Certains commentateurs, qui ne supportaient pas l'idée d'Homo erectus aussi scandaleusement récents, ont insinué que ces déformations pouvaient avoir sinon entièrement provoqué, du moins accentué les traits "archaïques".

Malheureusement pour cette explication, des études plus fouillées ont montrées que les crânes déformés n'étaient pas plus archaïques que les autres, voire qu'ils l'étaient moins...

Diversité

C'est un des problèmes les plus épineux en hominologie que la diversité au moins apparente des espèces en cause. Un des signes les plus souvent invoqués de cette diversité est que l'on signale aussi bien des crânes arrondis que des crânes pointus, coniques, souvent dans les mêmes régions. Mais est-ce bien une différence spécifique ? Personne n'avait jusqu'ici, à ma connaissance remis cela en cause. Beaucoup de spécialistes du Bigfoot ont tendance à disqualifier les témoignages faisant état d'un crâne trop arrondi...

On attribue classiquement cette forme déconcertante à une "crête sagittale", permettant un plus grand appui, donc une plus grande force, aux muscles masticatoires. Mais nombre de mammifères pourvus d'une mâchoire aussi puissante (carnivores, rongeurs) ne présentent rien de tel.

Mais cette diversité de formes crâniennes, on la retrouve chez les gorilles actuels, surtout les mâles... mais à des degrés également très divers, souvent dans une même population . Problème, on n'a jamais soupçonné les gorilles de déformer rituellement les crânes de leurs rejetons...

Je me permets donc d'avancer l'hypothèse suivante. Il s'agit d'être dotés de bras plus longs et plus forts que les nôtres (y compris les hommes de Kow Swamp). Et si la déformation était tout simplement produite à la naissance, la mère ou quelqu'un d'autre se servant de ses mains comme de forceps pour accélérer le cours des choses ? Les forceps, on ne le crie pas sur les toits, produisent aussi des déformations définitives, quoique plus discrètes (ils sont conçus précisément pour les minimiser).


Un des crânes déformés de Kow Swamp

Jean Roche

haut

retour